Chamaecyparis lawsoniana Stardust

Passion du jardin – Passion for gardening

Written by Gilles Carré, near Couiza, Aude

I’m really into gardening so I’d like to share words about it with you…

Je suis passionné de jardin, aussi, j’aimerais en partager les mots

Tout d’abord, je mets ma salopette, mes bottes et mes gants. Sans cet équipement vestimentaire, comment travailler correctement ? Voulez-vous , par exemple, que je vous raconte mon après-midi de jardinage ?

Ayant acheté chez le pépiniériste des conifères , je les avais gardés en attente quelques jours. Dans ma jardinerie préférée, j’avais acquis des rhizomes de dahlias et beaucoup de sachets de graines . Par où commencer, me suis-je dit ?

Eh bien, tout simplement par parfaire les trous que j’avais creusé plusieurs jours auparavant.

En effet, il faut toujours creuser le futur emplacement une ou deux semaines à l’avance, afin d’aérer le sol. Je n’avais donc plus qu’à y placer le jeune conifère. Mais avant cela, j’ai trempé la motte du premier conifère dans un seau plus d’une demi-heure, puis j’ai ôté le contenant en plastique où il était placé, et enfin avec une griffe de jardin j’ai gratté tout le chevelu racinaire de ce jeune conifère, qui était en l’occurrence un faux-cyprès de Lawson.

Chamaecyparis lawsoniana Stardust

J’ai donc mis du fumier de cheval bien décomposé au fond de chaque trou. Si ma terre avait été trop argileuse j’aurais placé quelques pierres au fond avant le fumier. J’ai ensuite fait un mélange dans la proportion de ¼ de fumier, ¼ de compost et ½ de terre de jardin, celle qui était dans le trou à l’origine. Le trou faisait environ 70 centimètres de profondeur et de diamètre, ce qui est amplement suffisant. Une fois le trou rebouché, j’ai creusé de nouveau ce mélange idéal très mou afin d’y placer le faux-cyprès. Pour finir j’ai arrosé copieusement la plante en prenant soin d’y pratiquer une sorte de cuvette à la base afin de mieux retenir l’eau d’arrosage.

Cette opération, je l’ai répétée quatre fois, car j’avais à planter deux variétés différentes de faux-cyprès et deux variétés différentes de genévriers. En ce qui concerne les dahlias, j’en ai planté trois en terre et trois dans une grosse jardinière. J’ai fini mon activité au jardin en parsemant des graines de godétia et de clarkia autour des nouveaux conifères. Comme il s’agit de fleurs annuelles, cela ne pose aucun problème de proximité avec les arbres persistants.

Quels outils ai-je utilisé ? Outre une brouette et un arrosoir, j’ai utilisé une griffe de jardin, une fourche-bêche afin de ne pas blesser les vers de terre, une pelle de terrassier, un transplantoir, un râteau. Le substrat nécessitait du fumier et du terreau. Dans certains cas j’utilise aussi de la tourbe blonde, pas cette fois-ci.

Autour des semis je saupoudre souvent de la cendre de bois pour éviter les dégâts qu’occasionnent les escargots ; je plante aussi de petits tronçons de bois de rosier afin que les chats ne retournent pas les graines en grattant et en déposant leurs déjections. Et maintenant sus aux adventices éventuelles, c’est-à-dire aux mauvaises herbes du type potentille rampante, pissenlit et liseron, qui sont de vraies pestes. Je ne dois pas oublier d’arroser très régulièrement, surtout si la température monte beaucoup après la levée des graines.

Cela représente beaucoup de travail ! Mais le spectacle d’un jardin réussi en vaut la chandelle, pas vrai ?

If you’d like to share your gardening experiences in France, I’m more than happy to post your blog, please just contact me via the Contact Me  button to the top right hand of the screen

Happy gardening wherever you are in France.

A bientôt

Katherine x

 

 

 



'Passion du jardin – Passion for gardening' have 1 comment

  1. March 22, 2014 @ 1:30 pm Carré

    Excellent !

    Reply


Leave a Reply

Le Jardin Perdu 2015. All images and posts are the property of Katherine Forshaw

%d bloggers like this: